Histoire,  Mode

Musique et défilés, une grande histoire

 

 

C’est milieu du 19ème siècle qu’ont débuté les premières présentations de mode à Paris avec Charles Frederick Worth qui fut le premier à dévoiler ses réalisations sur de réels mannequins. Aujourd’hui, les défilés sont de véritables show, c’est bien plus qu’une présentation de vêtements, de collection. Le but est d’impressionner, marquer, surprendre. De ce fait, tout compte, le lieu, l’organisation du podium, l’ambiance, l’invitation et même le son, la musique, oui, surtout ça.

 

 

Précédemment enoncé, les défilés sont de faramineux spectacles et les marques n’hésitent pas à casser la tirelire pour préserver leurs images en invitant des artistes en vogue comme les très célèbres show Victoria’s Secret avec The Weekend, Rihanna, Lady Gaga ou encore Dolce&Gabbana avec Austin Mahone. Serait-ce des défilés ou des concerts du coup ?

 

 

En soit, la musique joue beaucoup lors d’un défilé, elle définit en particulier l’ambiance du show et par conséquent, change l’aspect qu’on peut avoir de la collection. (Il faut avouer que regarder un show d’une Maison de luxe sur un morceaux de Francky Vincent ça change tout)

 

 

On entend beaucoup de sons « deep house », « garage uk », « electro-pop » qui confèrent au défilé un aspect très rythmique comme le morceaux de Sandy Parker « Chill out like a star » au défilé Vetements SS17, « Can you feel it » de Chez Damier pour la collection FW17/18 de Louis Vuitton en collaboration avec Supreme.

 

 

Kenzo, eux, sont friands de Disclosure puisque lors des deux collections SS15 men et women on reconnait les titres « When a fire star to burn » et « F for you » du duo britannique.

 

 

Les bandes sons doivent collées à l’identité du créateur, de sa collection présentée, chez Rick Owens et Julius par exemple on retrouve des bandes sons austères et mystiques traduisant l’univers et les looks sombres, noirs et rudes.

 

 

Il arrive que certaines fois, on ne trouve aucun son. Pour le dernier défilé (FW16/17) d’Hedi Slimane chez Saint Laurent seulement une voix annonçant le numéro des looks et le bruit des talons de mesdames.

 

 

Chez Dries Van Noten pour le défilé SS17, au tout début, on peut entendre le bruit de la fonte de gigantesques blocs de glaçons renfermant des bouquets de fleurs, concentration totale donc sur cette ligne épurée, aérée et floral.

 

 

Des artistes sont aussi sollicités pour créer des musiques spécialement pour le défilé. C’est ce qu’a fait le groupe La Femme pour le défilé FW15/16 de Saint Laurent, qui permets déjà la visibilités des artistes et d’avoir un son exclusif, propre au défilé : l’unicité prône.

                                                     

Chez Off-White, on fonctionne en juxtaposition de musiques en tout genre, pour la collection women SS17, on commence avec du Theophilus London en passant par les années 80 avec Kate Bush pour finir avec Frank Ocean. Mix, mélange et déstructuration comme la marque ? On en profite, de même, on peut écouter toutes les bandes son de la marque de Mr.Abloh ici : https://soundcloud.com/paris_il

 

 

Quoiqu’il en soit, aujourd’hui on peut dire que musiques et défilés ne font qu’un. C’est l’un des éléments les plus importants car il reflète à la fois l’identité du créateur mais aussi sa collection. Et puis pour nous, c’est une raison de plus de renouveler notre playlist.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate