Art,  Expositions,  Lifestyle

Rencontre avec le talentueux Franck Genser

 

On peut faire avec les moyens du bord. Dans la création, l’énergie, la pertinence, sont plus importants que l’argent.

 

 

Nous avons rencontré Franck Genser au salon Révélations au Grand Palais. Cet entrepreneur-créateur, se questionne sur la place du mobilier dans l’exercice du dirigeant. Dans ses réflexions, il voit le meuble dépasser sa simple fonction pour participer au ressenti de l’individu et sa réalisation. L’atelier Franck Genser propose des créations originales conçues et faites main à Paris. Ses artisans mettent en œuvre les plus belles matières et des savoir-faire exceptionnels. Ce niveau de qualité impose des séries très limitées et se prête aux commandes spéciales.

 

Rassemblant depuis 2015, dans un atelier à Paris une dizaine de talents, Franck Genser a choisi d’être à la fois designer, fabricant, et éditeur de
ses productions afin de conserver l’intégrité de la vision et du dessin jusqu’à la réalisation. Ses fabrications sans concession inscrivent son travail dans une ambition patrimoniale.

 

Nous lui avons posé quelques questions pour en savoir un peu plus son travail mais aussi son ressenti concernant l’objet et le sujet et pour finir, quelques conseils pour les jeunes. 

 

 

 

  • Présentez-vous ! 

Je m’appelle Franck Genser, je suis né en 1967, j’ai 51 ans. Après des études d’ingénieur, je suis tout de suite devenu entrepreneur. J’ai déjà exploré plusieurs projets et travaillé dans 18 pays.

 

  • A quoi ressemble une journée type pour un entrepreneur-créateur ? 

Justement, je n’ai pas de journée type. Je travaille sur l’émergent, j’essaye de ne pas avoir de tâches planifiées et d’avoir un agenda le plus vide possible. J’arrive au bureau sans savoir ce que je vais faire, sans avoir de réunions hebdomadaires planifiées. Je reste à l’écoute de l’équipe, des clients, des fournisseurs et de ce qui va émerger. Il me semble qu’il y a énormément de choses inutiles dans les obligations que l’on se crée. Si on enlève l’inutile, on enlève 90% de la charge de travail. Plutôt que de se poser la question de ce que je dois faire, j’aime bien me poser la question à l’envers, et regarder tout ce que je n’ai pas besoin de faire.

 

 

 

  • Décrivez-nous cette phrase s’il vous plaît : “Les objets font battre le coeur, ensoleillent l’imagination, donnent à penser”

A l’occasion de la rencontre avec l’objet, nous avons un vécu spécifique. Ce qui caractérise la création, c’est qu’elle met en lien celui qui observe avec celui qui a créé. Le créateur transmet dans son travail quelque chose de son âme. « La création est un média inter-psychique ».

 

  • Pourquoi est-il important de vous rattacher à cet héritage de l’ébénisterie française ?

On s’inscrit tous dans une histoire, nous sommes un maillon dans cette chaîne. Nous ajoutons notre part, notre terreau, et notre culture. La mode en 1950, c’était le mobilier de 1950. Moi, je veux créer le style de 2020, en 2020. Bien entendu, c’est important de connaître ce qu’il y a eu avant. Je pense qu’aujourd’hui on peut faire aussi bien et différemment de nos aînés, avec les moyens de production et la manière de penser qui est la nôtre. Je fabrique des meubles dans une perspective patrimoniale, c’est-à-dire pour qu’ils soient encore là dans 200 ans, en témoignage de notre époque.

 

  • Auriez-vous des conseils pour un jeune artiste qui souhaite se lancer ?

Mon conseil est de se lancer, sans attendre. Essuyer des échecs et tirer les leçons de l’expérience. Se confronter au réel, se confronter au client, acquérir de l’expérience. On peut faire avec les moyens du bord. Dans la création, l’énergie, la pertinence, sont plus importants que l’argent. Je veux délivrer un message d’encouragement. Je ne connais pas de problème qui résiste à la ténacité, à l’intelligence, et au courage. Ayez confiance en vous ! Le système scolaire n’apprend pas toujours aux jeunes à bâtir une confiance en eux, à mobiliser leurs ressources pour atteindre un objectif. Nous ne pouvons pas être champion partout mais apprenons à nous aimer. Apprenons à échouer et apprenons de nos échecs. « Si tu perds, ne perds pas la leçon » dis le Dalaï-Lama. 

 

 

Retrouvez la dernière collection de mobilier et d’accessoires ci-dessous et sur http://www.franckgenser.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate